on the move texte

ON THE MOVE

C’est un tableau vivant
Qui move
Un cadre de portière
Où défile comme un dictionnaire
Le monde

Un coup le vert
Un coup le sombre
Un coup le vide
Un coup c’est la lune argentière
Qui monte

Vu de là tout est différent
Les villes défilent
Et disparaissent
Rien n’est fait pour durer longtemps
C’est un plan fixe où tout fout l’camp

Les hommes sont au volant
No move
Et les enfants derrière
Les femmes sont des passagères
Qui restent

Les femmes sont au volant
Toutes seules
Il y a comme un abandon
Quand elles vous poussent par la file de droite
À l’ouest

Vu de là tout est provisoire
Les filles scintillent
Et disparaissent
Rien n’est fait pour qu’on puisse y croire
C’est comme un film mais sans l’histoire

Y’a des usines
Et y’a des cuves
Y’a des centrales
Et des réacteurs où l’on étuve
Le monde

Tout s’enchaîne avec minutie
Le montage est si réussi
Que le fil de ce paysage
Dégage une paix
Profonde

Vu de là tout est funambule
Les tôles décollent
Et disparaissent
Rien n’est fait pour briser la bulle
De ce complexe qui déambule

Entre deux bancs
La mer qui s’ouvre
Et puis d’un coup les marinas
Figées dans leur crépuscule
Immonde

Un tunnel
Et le monde est noir
Débitant les néons
Jusqu’à la sortie de cet entonnoir
Qui gronde

Vu de là tout est irréel
Les formes se cognent
Et disparaissent
Rien n’est fait pour qu’on se rappelle
De ces turbines avec des ailes

C’est un tableau vivant
Qui move
Un cadre de portière
Où défile comme un dictionnaire

Le monde